Generic placeholder image
3
Josephin DoeTyping . .
Generic placeholder image
1
Lary Doeonline
Generic placeholder image
Aliceonline
Generic placeholder image
1
Alia10 min ago
Generic placeholder image
Suzen15 min ago
Generic placeholder image
3
Josephin DoeTyping . .
Generic placeholder image
1
Lary Doeonline
Generic placeholder image
Aliceonline
Generic placeholder image
1
Alia10 min ago
Generic placeholder image
Suzen15 min ago
Generic placeholder image
3
Josephin DoeTyping . .
Generic placeholder image
1
Lary Doeonline
Generic placeholder image
Aliceonline
Generic placeholder image
1
Alia10 min ago
Generic placeholder image
Suzen15 min ago
Generic placeholder image
3
Josephin DoeTyping . .
Generic placeholder image
1
Lary Doeonline
Generic placeholder image
Aliceonline
Generic placeholder image
1
Alia10 min ago
Generic placeholder image
Suzen15 min ago
Josephin Doe
Generic placeholder image

hello Datta! Will you tell me something

about yourself?

8:20 a.m.

Ohh! very nice

8:22 a.m.

Generic placeholder image

can you help me?

8:20 a.m.

Solde migratoire + naturel

+ 12 322 habitants

en plus par an

Catégorie d'âge des 15-19 ans

-3,1%

en 25 ans

Les déménagements

50 000

en un an

Revenu médian mensuel par unité de consommation et par commune
Un niveau de vie élevé, difficile à assumer pour certaines populations

De fortes disparités de revenus entre les bassins de vie

Les disparités internes aux agglomérations sont très fortes

Les communes situées à proximité immédiate de la frontière suisse ont les revenus les plus élevés en France (hors Paris / Hauts-de-Seine). Une situation qui contraste avec les zones de montagne. Au final, les revenus sont 2,6 fois plus importants à Archamps qu’au Bouchet-Mont-Charvin par exemple.

Les revenus médians sont moins élevés en agglomération, conséquence de la présence sur place de populations en situation de forte précarité. Dans ces territoires, les écarts entre les hauts et les bas revenus sont très élevés (rapport de 1 à 11 à Annemasse, de 1 à 6 à Annecy et à Thonon).

Nombre de frontaliers actifs résidant en Haute-Savoie par canton de travail (base 100 = 1996)
Des dynamiques territoriales structurantes

Près de 93 000 frontaliers actifs travaillent à Genève

Un déséquilibre croissant de l'offre de logements entre la partie française et suisse de l'agglomération du Grand Genève

Le nombre de frontaliers diverge selon les sources utilisées. L’OCSTAT annonce pour sa part 63 495 frontaliers actifs vers Genève auxquels il faut rajouter 13 717 Suisses et double-nationaux qui n’ont pas besoin de permis. C’est également près de 11 700 Haut-Savoyards qui vont travailler dans d’autres cantons suisses (Vaud notamment).

Quelle que soit la source, l’évolution constatée reste très dynamique. Les Suisses qui viennent s’installer en France sont eux-aussi toujours plus nombreux: leur nombre a plus que triplé depuis 2000, signe de l’attractivité toujours aussi forte du marché immobilier français en comparaison à celui du canton de Genève.